Actualités

 

Revue

 

pratiques-savantes.jpg

 

Parution du dernier numéro (2018-2)

de la Revue de la Haute-Auvergne

« La Recherche Archéologique dans le Cantal - 2 »

 

Numéros précédents :

2018-1 : « La Recherche Archéologique dans le Cantal - 1 »

2017-4 : « Chemins de fer cantaliens »

2017-3 : « Varia »

2017-2 : « La Planèze »

2017-1 : « Des ponts dans le Cantal »

 

Voir les derniers numéros de la revue

 

 

Agenda

 

La société La Haute-Auvergne est sur Facebook  

 

Conférences

                Aurillac, siège de la SHA, 12 rue Arsène-Vermenouze

                 (sauf indication contraire)

          

          

   Samedi 26 mai 2018

14h30 : « Les grands crucifix romans d’Auvergne  » par Pierre Moulier.
Le conférencier, enseignant de philosophie, directeur de la revue Patrimoine en Haute-Auvergne et auteur d’une quinzaine d’ouvrages consacrés à l’histoire et au patrimoine de l’Auvergne, présentera son nouvel ouvrage. Mal connus, les grands Christs en bois d’époque romane sont particulièrement nombreux en Auvergne et dans ses marges (Puy-de-Dôme, Cantal, Haute-Loire, Aveyron, Loire).

   14 et 15 juin 2018 Saint-Flour (Chapelle de l’ancien Grand séminaire, rue des Planchettes)

« La cartographie ecclésiastique : héritage patrimonial et innovation géomatique  » Sous la responsabilité de Stéphane Gomis, professeur d’histoire moderne (CHEC) Et Vincent Flauraud, maître de conférences d’histoire contemporaine (CHEC).
Partenariat : Université de Clermont-Auvergne, Association diocésaine et Société La Haute-Auvergne.

Appel à Contributions

 

La Revue de la Haute-Auvergne publie 4 numéros par an. Que vous soyez professionnel ou amateur, vous pouvez y faire publier vos recherches ou travaux.
Les thèmes retenus sont pour 2018 : archéologie, Maurs, sciences et techniques, varia et pour 2019 : fortifications, région Margeride, RN 122, varia. Pour 2020-2021 : patrimoine industriel 19/20e siècles,…

Les propositions sont à adresser à : revue@haute-auvergne.org

 

 

 

 

 

Actualités


Les Amis du viaduc de Garabit : présentation et actions

 

L’association « les Amis du viaduc de Garabit » (AMIGA) a été créée le 25 janvier 2018.

Elle a pour objet de rassembler toutes celles et ceux qui admirent le viaduc de Garabit, et ont à cœur sa reconnaissance.
Elle s’est donné pour mission de veiller à l'entretien de l’ouvrage et du site en général mais aussi d’impulser et participer activement à la mise en valeur de ce patrimoine et de son environnement, cela à tous les niveaux envisageables : local, régional, national et même international avec des objectifs de coopération avec d’autres pays possédant des ouvrages d’art similaires.

En 2018, AMIGA mettra en place une action de promotion et de valorisation de la ligne Neussargues-Béziers (la ligne de l’Aubrac) et en particulier du tronçon Saint-Flour-Saint-Chély d’Apcher qui traverse le viaduc de Garabit.

Le 30 septembre une journée festive en costumes de la Belle Époque célébrera les 130 ans de l’ouverture de la ligne Paris-Béziers (1888) et le classement Monument Historique en 2017 du viaduc.
Expositions de véhicules anciens, concours d’artistes peintres, musique, déjeuner 1900 préparé par les Toques d’Auvergne, repas champêtre sont au programme.

Renseignements auprès des co-présidentes :

Patricia Rochès, historienne de Garabit et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet (06 37 21 54 35)
Hélène Bonabal, cheminote en retraite (06 77 04 73 41)

Courriel : amisgarabit@gmail.com

La chaussée de Vigouroux

  

 

 
cliché Association des Chemins de l'Europe

 

 

 

Actualités


La chaussée de Vigouroux

 

La Fondation du Patrimoine a demandé aux propriétaires privés et publics d’identifier des bâtiments remarquables qui mériteraient d’être restaurés et de présenter un dossier de candidature dans le cadre de la mission Stéphane Bern. Quatre projets ont été sélectionnés dans le Cantal le 3 avril 2018. Parmi ceux-ci, figure la chaussée de Vigouroux sur la commune de Saint-Martin-sous- Vigouroux.

Comment se présente-t-elle ?
Longue de 150 mètres, cette chaussée traverse l’Hirondelle un affluent de la Truyère. Elle se trouve sur l’ancienne route de Saint-Flour à Aurillac, qui est décrite par Franck Imberdis dans sa thèse de doctorat Elle comprend un pont à cinq travées, construit entièrement en pierres sèches. La chaussée a été déformée, des pierres du parapet sont tombées dont certaines récemment à la suite de travaux d’installation électrique. Il est temps d’intervenir avant que cet ouvrage remarquable ne devienne irrécupérable. Aucun pont ou chaussée de cette facture n’existe dans le Cantal.

Quels sont les travaux à effectuer ?
Les travaux seront confiés à Yannick Delmas, un artisan bâtisseur en pierres sèches, lui-même formateur dans cette discipline. La restauration de l'ouvrage s’effectuera en trois temps : 1°/ Dégager les arbres et le végétal qui menacent la chaussée. 2°/ Faire des reprises de brèches en pierre sèche effondrées et la pose de pierres de couronnement manquantes : elles permettront de redonner à la chaussée sa forme d'origine. La technique de bâti en pierres sèches utilisée se fera dans le respect des règles professionnelles. 3°/ Mettre en place des coupes d'eau afin de détourner les eaux d'une source située en amont et qui terminent leur chemin sur la chaussée.

Son histoire
Il est difficile de connaître la date de construction de la chaussée de Vigouroux. Elle fut probablement un passage emprunté au cours des siècles. Au Xe siècle, Raulhac, Brommes, Frons, Saint-Martin-sous-Vigouroux, Pierrefiche, et Malessagne , dépendances de l’abbaye de Conques se trouvaient sur le même itinéraire; mais rien ne prouve l’existence de la chaussée à l’époque médiévale. Plus récemment, il est noté que la chaussée de Vigouroux est située sur la route, de Saint-Flour à Aurillac, identifiée par F. Imberdis. Selon les témoignages recueillis, c’est par là que passaient les paysans se rendant à la foire au bétail de Lacapelle-Barrès, il y a cinquante ans.

Intérêt économique de sa restauration
La route entre Saint-Flour et Aurillac passait par ce pont. Par monts et par vaux, on peut faire ce parcours à pied en 5 jours. L’ouverture d’un tel itinéraire permettra de mettre en valeur le patrimoine vernaculaire situé le long de ce parcours (ponts, montjoie, moulins, croix anciennes, hameaux …). Du point de vue économique, il apportera une valeur ajoutée significative aux acteurs situés à proximité, (soit en moyenne 40€ par jour, d’après les enquêtes récentes). Par ailleurs, des effets induits se traduiront par la création de gîtes d’étape, la restauration du bâti, comme on a pu le constater sur les chemins de grand parcours. Outre la Fondation du patrimoine, ce projet est soutenu par l’association des Chemins de l’Europe et la Fédération Française de Randonnée Pédestre.
Michel Couillaud

 

 

Ouvrages

 

Du Nil aux monts d’Auvergne

La vie de Julie Varsy

 

Nil-Auvergne.jpg

 

épouse d’Alexis Delzons général et baron d’Empire (1784-1857).

Collection Mémoires

 

Le duc de La Salle de Rochemaure

(1856-1915)

 

   image004.jpg  

 

La mise en scène d’une épopée familiale

Collection Mémoires

 

 

Ouvrages

 

Les Campagnes Cantaliennes

du consulat à la Seconde République

 

image009.jpg

 

Tentative d’histoire totale sur les campagnes cantaliennes de 1799 à 1852.

Collection Références

 

Le Cantal dans la Grande Guerre (1918-1939)

 

 

image008.jpg

 

Mémoire et représentations du premier conflit mondial dans une société rurale               Collection Mémoires

 

 

 

Monastère Saint-Géraud

La Haute Auvergne s’implique

 

Les fouilles préventives, menées sur le site d’un projet immobilier entre l’abbatiale Saint-Géraud et la place des Docks, avaient révélé la présence d’une structure médiévale dont certains éléments remarquablement conservés.

Ces découvertes ont conduit Nicolas CLEMENT, Docteur en Histoire et Archéologie Médiévale, à poursuivre les recherches dans le cadre de fouilles programmées. Pour cela, il a sollicité auprès de la DRAC un programme collectif de recherche (PCR) pour une première période de 3 ans.

 

Le financement des opérations de recherche est assuré par des subventions et des dons. La Société « La Haute-Auvergne » est l’association trésorière habilitée à recevoir ce financement.

 

« La Haute-Auvergne » participe au « comité de pilotage de l’étude de programmation pour la réalisation d’un espace urbain et la restauration du site patrimonial de Saint-Géraud ». Elle y est représentée par Véronique BREUIL et Jacques CHAMPEYROUX, ce qui lui permet d’aider  à la réflexion pour une bonne cohérence du projet urbanistique avec le programme de recherche.

La dernière réunion a eu lieu le 12 avril 2016, et le projet municipal a été présenté aux Aurillacois, au centre des congrès, le 19 mai en présence du Maire d’Aurillac et des représentants de l’Agence « AUBRY et GUIGUET Programmation ». Au cours de la prochaine  phase, les travaux pour remodeler l’espace urbain du quartier Saint-Géraud intègreront le périmètre du PCR avec mise en place d’une structure provisoire de protection permettant le travail des chercheurs dans de bonnes conditions et d’un parcours permettant l’observation des fouilles par la population.

 

Le site du monastère Saint-Géraud vient d’être inscrit aux Monuments Historiques.

 

Nicolas CLEMENT a prévu une première phase d’étude, par la réalisation d’un scan 3D de l’église abbatiale, dans la deuxième moitié de juin. Il a fait le point de ses recherches sur Saint-Géraud dans un article de la revue  Archéologia (n° 542, avril 2016).

 

 

Découverte

Fouilles du monastère Saint-Géraud d’Aurillac

 

Accéder aux documents et découvertes

 

Visionner les conférences :

- Premiers résultats des fouilles, par Nicolas Clément, responsable du chantier, le 6 février 2014 au Théâtre d’Aurillac :          

 

fouilles_video06022014_1-2.jpg

 

fouilles_video06022014_1-2.jpg

 

fouilles_video06022014_3.jpg

Partie 1

 

Partie 2

 

Partie 3

- « Saint-Géraud, des moines aux chanoines. L’apport des archives à la compréhension des découvertes archéologiques », par Sébastien Fray, Béatrice Fourniel, Nicolas Clément le samedi 22 février 2014 à l’église Saint-Géraud 

fouilles_video22022014.jpg

 

- Résultats des fouilles à l’issue de la deuxième tranche : communication de Nicolas Clément lors de la séance du conseil municipal d’Aurillac du 8 décembre 2014. 

fouilles_video08122014.jpg